Ce blog est à votre disposition pour vous aider gratuitement lors de vos travaux : conseils, informations, bons plans pour preparer au mieux votre projet de travaux dans votre maison ou votre appartement : RENOVATION MAISON TRAVAUX AGRANDISSEMENT: Panneaux solaires : est-ce encore rentable ?, Panneaux solaires : est-ce encore rentable ?, mais aussi : construction maison etage, chalet, isolation, changement de fenetres, sol, plancher, jardin, cloture, alarme, sans oublier tous les conseils et diagnostics avant d'acheter une maison. N'hesitez pas à nous poser vos questions

mercredi 17 septembre 2014

Panneaux solaires : est-ce encore rentable ?

Combien puis-je esperer gagner si je fais poser sur mon toit des panneaux solaires ? Peut on encore gagner un peu d'argent grace à l'energie solaire ? Quel rendement puis-je esperer, et en combien de temps ? Combien coute l'achat et la pose de panneaux solaires ? Quels sont les frais à prévoir les années suivant la pose ? Y a t-il des frais d'entretien à prévoir ? Est-il plus interessant d'utiliser des panneaux solaires ou une eolienne ?

Vous le voyez, il faut se poser les bonnes questions avant de se lancer dans l'investissement en panneaux solaires.

Pourtant, et malgré ce que vous avez pu lire ou voir ou entendre, acheter des panneaux solaires reste un investissement


rentable, à condition de bien choisir son prestataire, et de savoir à quoi s'attendre, bref, de bien préparer son projet.

Vous trouverez ci dessous plus d'information sur "l'energie verte", mais aussi un formulaire de demande devis en ligne, service rapide et gratuit. Pour toute demande de brochure, ou etre contacté par un de nos experts, merci d'utiliser le meme formulaire.

L’ELECTRICITE « VERTE »

  • Les panneaux solaires photovoltaïques

Une énergie gratuite. L’énergie solaire, renouvelable et inépuisable, peut également être convertie en électricité grâce à des panneaux solaires photovoltaïques. L’énergie produite est alors convertie en kilowattheures (KWH) et comptabilisée.

L’électricité produite peut être stockée et consommée sur place (essentiellement dans les cas de sites isolés et non raccordés à EDF) ou revendue en partie ou en totalité à EDF. Cette solution est la plus rentable, le pris de rachat de l’électricité photovoltaïque demeurant supérieur au prix de vente de l’électricité du réseau. Un point de branchement spécifique est créé par le gestionnaire de réseau, tandis que votre consommation continue de transiter par votre compteur habituel. L’électricité « verte » est ensuite distribuée près de son lieu de production : il n’y a pas de pertes en ligne sur le trajet entre les centrales électriques et les habitations.

Orientation : plein sud, pour capter un maximum d’ensoleillement, le rendement est le meilleur. Sinon, elle peut être envisagée jusqu’à 30°S-E ou 30°S-O. Au-delà, la rentabilité est trop faible pour que cela vaille la peine de recourir au solaire.

L’inclinaison : les panneaux doivent être perpendiculaires aux rayons du soleil à l’heure où ils sont les plus forts (variable suivant les régions et les saisons). Idéalement à 45° pour un usage toute l’année. Une pente de 25° à 60° est encore envisageable.

L’implantation : les panneaux solaires doivent être distants des arbres, des cheminées, etc., pour éviter tout ombrage (masque) qui affecterait le rendement de l’installation.

Attention : l’implantation des capteurs solaires photovoltaïques doit figurer dans le permis de construire (pour une habitation neuve ou une réhabilitation importante) ou faire l’objet d’une déclaration préalable (en rénovation). Renseignez-vous d’abord en mairie. Sachez que cette installation peut vous être refusée dans certains cas, notamment si elle est visible depuis un monument historique.

Pose sur un toit ou sur un auvent

Il est préférable que les panneaux suivent la pente pour des raisons esthétiques. Mais une pente de 45° n’est pas compatible avec tous les toits. Il faut s’assurer que la structure de la charpente peut supporter ce poids en plus.

La pose intégrée : elle est idéale car elle combine performance technique et esthétique. Les panneaux se substituent à la couverture comme une fenêtre de toit. Les capteurs peuvent être calepinés avec les fenêtres de toit, avec des modules de mêmes dimensions. Des accessoires de pose et d’étanchéité associés garantissent une intégration parfaite des capteurs dans la toiture. A noter que la législation favorise désormais une intégration renforcée pour bénéficier du meilleur tarif de rachat.

En pose surimposée : les capteurs sont placés sur la couverture existante en prévoyant un vide d’air. C’est la pose la plus courante et la plus simple mais la solution la moins esthétique et la moins rentable, à tous points de vue.

Pose au sol ou sur une surface plane

Les capteurs sont montés sur des supports. Avantage : l’angle d’inclinaison peut être réglé en fonction de la saison. En hiver, lorsque le soleil est bas, les capteurs sont redressés (entre 65° et 90°), puis replacés en position plus proche de l’horizontale e été lorsque le soleil est haut. Si les capteurs sont posés au sol dans un jardin, ils doivent être protégés de la casse.

Votre orientation est moins idéale ?

Plus l’orientation et la pente de toit divergent de ces conditions optimales, plus le rendement de l’installation baisse. La pose d’une installation solaire sur un toit moins pentu, en façade, etc., est possible, mais doit alors être compensée par une plus grande surface de capteurs, ce qui augmente le coût de l’opération. La productivité globale pendant l’année variera suivant l’inclinaison et l’orientation des modules.

 

  • Les éoliennes domestiques

Les éoliennes captent l’énergie du vent pour la transformer en électricité. La puissance des éoliennes adaptées aux habitations individuelles s’échelonne de 0.2 à 20kW. L’installation comprend un générateur avec 2, 3 ou 5 pales, un mât, rigide ou à hauban, et un régulateur pour gérer la charge des batteries. L’énergie mécanique du vent produit une quantité d’électricité variable selon la puissance nominale de l’éolienne et son emplacement.

A l’instar des panneaux photovoltaïques, les éoliennes produisent du courant basse tension (12 ou 24 V). Ce courant peut être stocké dans des batteries d’accumulation et utilisé sur des appareils prévus pour fonctionner en très basse tension, du 12 au 24 V. Vous pouvez également le transformer en courant alternatif avec un onduleur pour faire fonctionner vos appareils, ou le réinjecter dans le réseau et le revendre à EDF.

En pratique, EDF ne rachète l’électricité des petites éoliennes que dans des zones bien définies, arrêtées par le préfet sur proposition des communes. Il s’agit de zones dites de développement éolien (ZDE), qui correspondent à un fort potentiel éolien et qui sont toujours loin des habitations. De plus, le tarif de rachat d’EDF n’est pas incitatif (0.082 €/kWh), et il vaut mieux utiliser utiliser l’électricité produite pour ses propres besoins. Le petit éolien concerne donc surtout les zones rurales, en particulier les sites isolés non raccordés au réseau.

Deux types de mâts

Le mât avec haubans : facile à installer ainsi qu’à démonter et ne nécessite pas de massif de béton. Sa mise en œuvre est également moins chère. Mais il occupe plus d’espace au sol.

Le mât rigide : il requiert un massif de béton. Il est préférable de confier son dimensionnement à un bureau d’études. Ce mât (dit aussi autoportant) convient à toutes les catégories d’éoliennes. La version hydraulique facilite la montée ou la descente en cas de grande tempête ou pour l’entretien des éoliennes de 5 000 W et plus.

Les conditions d’installations

L’éolienne doit être installée sur un site dégagé, où les vents sont soutenus, fréquents et réguliers. La vitesse moyenne des vents conseillée doit dépasser 5m/s. Une analyse des vents est donc fortement recommandée.

Aucune construction ni limite de propriété ne doit se trouver dans un rayon équivalant à la hauteur du mât. Pour un mât inférieur à 12 m, une simple déclaration de travaux suffit. Au-delà de 12 m, il faut déposer un permis de construire.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci de vos commentaires